Le Maître d'Amour

Le Maître d'amour
Conception Marilyn Alasset et Jean-Claude Gallotta - Centre chorégraphique national de Grenoble

«C’était un temps déraisonnable, on avait mis le genre à table» écrit Marylin Alasset, metteure en scène, qui a invité Jean-Claude Gallotta à un travail expérimental autour de la question du genre. S’intéresser au genre, à l’identité profonde de chaque être, au-delà de son appartenance sexuelle, jette forcément le trouble. Et c’est ce trouble que ce spectacle tente d’interroger. La scène est alors un des meilleurs endroits pour évoquer la question. Elle semble faite pour contester le discours «normatif». Autour du roman éponyme de Maryse Wolinski, paru en 1980, se sont rassemblés chorégraphe, romancière, metteure en scène, dramaturge. Des genres artistiques différents pour questionner le genre, une notion subversive retravaillée au début des années 90 par la philosophe américaine Judith Butler. Voici une chorégraphie basée, ce n’est pas l’habitude, sur une histoire romanesque : un coup de foudre, une mort brutale, un deuil impossible, l’acharnement d’un homme à «reconstituer» son amour perdu, une femme contrainte de devenir le double d’une autre. Un rêve d’éternel recommencement. De son héros, la romancière dit qu’il voulait «vivre une histoire toute neuve, rien qu’à eux. Une histoire qui ne ressemblerait à aucune autre, qui n’existerait dans aucun livre, dans aucune vie avant eux. Il voulait l’inventer à chaque instant, que chaque seconde soit pour eux une fin et un début, que chaque jour soit une vie...» La chorégraphie de Jean-Claude Gallotta enroulée à la mise en scène de Marylin Alasset flirte avec le récit, tantôt l’esquive tantôt l’étreint, entraînant dans le bal texte et corps, embarquant sur la scène jusqu’à l’auteure elle-même, mise en abyme, devenue physiquement personnage de son propre roman.

<avec> Ximena Figueroa > Ibrahim Guétissi > Mathieu Heyraud > Benjamin Houal > Cécile Renard > Thierry Verger > Loriane Wagner > Béatrice Warrand > Maryse Wolinski <D’après le roman de> Maryse Wolinski <Adaptation> Claude-Henri Buffard <Assistante à la chorégraphie> Mathilde Altaraz

<production> Centre chorégraphique national de Grenoble

<avec le soutien de> la MC2: Grenoble <Le Centre chorégraphique national de Grenoble est financé par> la Drac Rhône-Alpes/Ministère de la Culture et de la Communication > la Ville de Grenoble > le Conseil général de l’Isère > la Région Rhône-Alpes <et soutenu par> CULTURESFRANCE pour les tournées internationales

Création le 19 juin au Studio du CCNG à la MC2: Grenoble
Représentations du 19 au 27 juin 2009


Marylin Alasset, metteure en scène, a invité Jean-Claude Gallotta et la Compagnie à un travail expérimental autour de la question du genre. S'intéresser au genre, à l'identité profonde de chaque être, au-delà de son appartenance sexuelle, jette forcément le trouble. Et c'est ce trouble que ce spectacle tente d'interroger. Perturber les catégories, qu'elles soient artistiques ou sexuelles, remue tout à la fois le « moi » et la loi. La scène semble faite pour contester le discours « normatif ». Venir y jouer les « trouble-genre », introduire des grains de sable dans les mécanismes admis, en quelque sorte enrayer la machine à penser correctement, fait partie de son rôle. Le Maître d'amour s'y essaie.

Voici une chorégraphie basée, ce n'est pas l'habitude, sur une histoire romanesque: un coup de foudre, une mort brutale, un deuil impossible, l'acharnement d'un homme à « reconstituer » son amour perdu, une femme contrainte de devenir le double d'une autre. Un rêve d'éternel recommencement.

Le spectacle a connu une première mise en espace en juin 2007 au Centre national de la Danse à Pantin. Autour du roman éponyme (1) de Maryse Wolinski, paru en 1980, se sont rassemblés chorégraphe, romancière, metteure en scène, dramaturge. Des genres artistiques différents pour questionner le genre.

La chorégraphie de Jean-Claude Gallotta enroulée à la mise en scène de Marylin Alasset flirte avec le récit, tantôt l'esquive tantôt l'étreint, embarquant sur la scène jusqu'à l'auteure elle-même, mise en abyme, devenue physiquement personnage de son propre roman.

Autour d'elle, rien d'autre qu'une valse en eaux troubles où masculin et féminin s'interrogent mutuellement; où, sous la danse, à la recherche de son identité, chacun cherche son genre.

(1) Le roman de Maryse Wolinski vient d'être réédité pour l'occasion aux éditions du Seuil, collection Points.

Télécharger
Dossier de Presse du Maître d'Amour
Presse_MAitredamour.pdf
Document Adobe Acrobat 3.4 MB
Télécharger
Fiche descriptive
MC2_ Maison de la Culture de Grenoble -
Document Adobe Acrobat 566.0 KB