Quotidien...

C’était le 20 novembre 2011. Descendant d’un taxi, j’essaie de rattraper deux très lourds paquets qui glissaient de ma main et que je reprends avant qu’ils ne tombent en les crochetant avec l’index et le majeur. Aussitôt, ma main se rétracte, les doigts se figent, la paume se creuse. Plus aucune préhension possible, plus aucun mouvement. Je passe la soirée à me demander si je dois me rendre à l’hôpital. Un médecin psychiatre, présent à l’anniversaire auquel j’assiste ce soir-là, me dit que ce n’est rien....

 

Découvrez la suite en cliquant ici !

Silence. Pas un mot. Pas une parole. Pas un déplacement. Silence. Quatre mois sans faire signe. Silence. La ligne est coupée.

Le cancer est passé par là.

C’était fin septembre. Retour de vacances. Une vieille ordonnance traînait dans mon courrier. Pourquoi ne pas profiter d’une période de calme pour faire cette mammo ? Dans la salle d’attente, une bonne vingtaine de femmes qui ne savent pas, si, en sortant, elles n’auront pas la tête qui tourne, le cœur qui flanche en même temps que le moral. Et moi, comme elles. L’appareil glisse sur mon sein, une sorte de va et vient qui ne cesse tandis que le radiologue fronce les sourcils.

 

Pour lire la suite, cliquez ici !

 

Juré à la cour d’assises, attention, cela n’arrive pas qu’aux autres ! Tout le monde est concerné, hommes et femmes de 18 à 70 ans, inscrits sur les listes électorales. D’emblée, vous interjetez que, étant données vos activités, votre vie professionnelle, vos occupations familiales, votre religion…  vous en serez dispensé. Je vous le dis, personne n’y échappe sinon les  grands handicapés et encore…
Telle fut mon expérience à l’automne 2008.

 

Pour lire la suite, cliquez ici !